#CRITIQUE 154 – L’HEURE DE LA SORTIE (PREMIER FILM DE L’ANNÉE !)

De : Sébastien Marnier

Avec : Laurent Lafitte, Luana Bajrami, Victor Bonnel, Adèle Castillon, Emmanuelle Bercot, Grégory Montel, Gringe…

Synopsis : Lorsque Pierre Hoffman intègre le prestigieux collège de Saint Joseph il décèle, chez les 3e 1, une hostilité diffuse et une violence sourde. Est-ce parce que leur professeur de français vient de se jeter par la fenêtre en plein cours ? Parce qu’ils sont une classe pilote d’enfants surdoués ? Parce qu’ils semblent terrifiés par la menace écologique et avoir perdu tout espoir en l’avenir ? De la curiosité à l’obsession, Pierre va tenter de percer leur secret…

Vous le savez déjà pour tous ceux qui me suivent depuis quelques années maintenant… Je n’aime pas le cinéma français. En tout cas, les productions françaises actuelles, et par productions françaises actuelles, j’entends toutes les comédies qui se suivent et s’enchaînent les unes aux autres. Et, avouons-le, elles sont de moins en moins intéressantes, soit par le casting, soit par le sous-texte qui est choisi par le scénariste, car c’est vrai, avouons-le aussi encore une fois, on avait vraiment besoin d’humour lourdingue, misogynes, sexiste et raciste. Mais c’est à ce moment-là que je me rends compte que je suis profondément débile et que j’oublie la « majorité silencieuse ». Celle qui propose de vrais bons films, avec de bons sujets et avec un casting qui peut surprendre. Et c’est en ayant vu la bande-annonce que je me suis donc rendu dans les salles, et que j’ai passé, et je pense qu’on peut le dire, un excellent moment.

Faites des gosses qui disait…

Et encore, un excellent moment, c’est un doux euphémisme, j’ai vraiment adoré. Déjà, il y a un vrai travail au niveau de la mise en scène, c’est super sobre, et en même temps, super efficace. Très peu d’artifices, très peu de FX aussi, mais une ambiance bien pesante comme il faut. Et si cette ambiance pèse autant, c’est aussi par tout le taff qui est fait autour du montage. Je n’imagine même pas les heures de séances chez le psy pour le monteur qui a du compiler les extraits de catastrophes, surtout que la qualité est assez creepy en plus donc… Pas facile.

Tout le travail autour du son aussi est exceptionnel, chaque bruit fait peur, renforce cette atmosphère pesante, moite et… creepy, je ne vois pas comment le dire autrement. La lumière aussi est fabuleuse, la photo… Tout est bon je vous dis, tout, absolument. Et la musique composée par Zombie Zombie (dont je suis très fan) est un régal.

C’est pas Lafitte mon Lolo…

Tout le casting est excellent. Que ce soit par Laurent Lafitte qui excelle en prof suppléant assez paumé dans une classe de surdoué, Emmanuelle Bercot également, Gringe n’apparaît pas beaucoup mais fait toujours son effet (va falloir le suivre de près, j’l’avais dit…), mais c’est surtout le casting d’ados qui est monstrueux. Ils sont terrifiants, il n’y a pas d’autre adjectif qui leur correspond le mieux, ils font vraiment peur, et ça devient assez gênant par moment, surtout quand ils se livrent à leurs « petits jeux » (je n’en dirai pas plus, mais il y a des chances pour que des « putain » sauvages sortent naturellement pendant votre séance). Mention spéciale à Luana Bajrami qui m’a fait péter un plomb pendant presque deux heures. Elle est incroyable, et si elle a l’intention de poursuivre dans cette voie-là plus tard, fonce cocotte, te retourne pas et fonce. Et ne parlons pas des seconds couteaux qui sont tout aussi bon, notamment à Pascal Grégory et Véronique Ruggia Saura. Surtout Véronique en fait…

Vous pouvez pas faire une autre tronche ?

Le scénario aussi est balaise. Très bien construit, les sous-textes sont diaboliquement efficaces, dépeignent une dystopie qu’on a tous imaginé une fois dans notre vie, et les dialogues sont très bons également, très bien écrit surtout, et ils sont d’une finesse, ça fait très longtemps que je n’avais pas pris mon pied a ce point.

Tu vas arrêter de me regarder comme ça et faire tes équations, j’te l’dis…

~ En clair ~

L’Heure De La Sortie est un petit bijou perdu une nuée de productions faciles comme on en fait peu voire plus. C’est bien, fin, rythmé et l’ambiance est absolument dingue. Petite recommandation toutefois aux personnes ayant une déprime interstellaire en ce moment : n’y allez pas tout seul.

****/*****

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s