#CRITIQUE 66 – LA VIE RÊVÉE DE WALTER MITTY / THE SECRET LIFE OF WALTER MITTY (MON CHOUCHOU BEST MOVIE EVER)

poster-1.jpg

De et avec : Ben Stiller

Avec aussi : Kristen Wiig, Shirley MacLaine, Adam Scott, Kathryn Hahn, Sean Penn, Patton Oswalt, Ólafur Darri Ólafsson, Adrian Martinez…


Synopsis : Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l’action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu’il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais.

Ben Stiller fait partie des humoristes révélés par le Saturday Night Live que je préfère le plus avec Chris Pratt. Mais ce que j’aime le plus avec Ben Stiller, ce sont ses réalisations. Que ce soit Zoolander premier du nom (la critique concernant le ne devrait pas tarder), Tonnerre Sous Les Tropiques qui est la meilleure comédie que j’ai vue de ma vie (la critique ne devrait pas trop tarder non plus, avec une petite réflexion sur le monde d’Hollywood à la clef) et maintenant, La Vie Rêvée de Walter Mitty. Qu’est-ce qui m’a plu dans ce film ? C’est tout la face cachée de l’iceberg en gros, tout ce que le spectateur lambda ne voit pas forcément, mais que tous les cinéphiles ouverts et sensibles peuvent ressentir (Attention, pas d’amalgames : je ne dis pas que le spectateur est con, loin de là). Ce film est un véritable voyage initiatique vers l’accomplissement de soi. Et par voyage initiatique, j’entends celui du personnage de Stiller lui-même. Son personnage est le personnage un rien paumé que nous connaissons tous et qui, par un concours de grosses circonstances, va enfin arriver à se fixer un objectif à atteindre et y arriver. Ce bonhomme-là, on le connaît forcément tous. Je suis aussi cette personne, qui ne sait pas forcément comment se sociabiliser avec son entourage professionnel et familial, qui ne sait pas forcément comment marche le monde ou quoi et qui ne sait pas forcément s’y prendre avec tout ce qui tourne autour du relationnel. Et ça, rien que pour ça, Ben Stiller mérite toute mon admiration. Il signe ici un film magnifique, reposant et qui est structuré en plusieurs parties : tendance blockbuster hollywoodien typique au début, drame européen intime au milieu et comédie dramatique indépendante à la fin, Stiller sait comment perturber l’avis final du spectateur et sait comment manipuler un twist final qui, avouons-le, est gros comme une maison. Le casting est particulier puisque la majorité des personnes présentes dans le métrage sont issues de la comédie pure et pourtant, cela colle assez bien. Le perso de Kristen Wiig par exemple est touchant et adorable, et celui de Adrian Martinez est attachant à souhait. En revanche, s’il y a un bien un acteur capable de jouer le connard exécrable comme personne dans cette production, c’est sûrement Adam Scott. Son bouc de gros beauf et son charisme lui confèrent une putasserie à faire péter le plafond et ça, c’est cool, parce que les scènes qu’il peut partager avec le perso de Stiller fonctionne vraiment pour le coup. Côté mise en scène, le film est incroyablement bien travaillé, on sent vraiment un effort fourni par l’équipe technique pour rendre les pays dans lesquels se baladent Walter Mitty encore plus magnifiques qu’ils ne le sont déjà. Côté bande originale, on frôlerait presque l’orgasme. Theodore Shapiro compose avec José Gonzalez & Ryan Adams une partition douce, planante et qui fait réellement du bien. La seule faiblesse du film vient de son scénario. Alors oui, pour ce qui on vu le film, on est quand même d’accord sur ce point-là, ce n’est pas le scénario le plus compliqué du monde, c’est même tout le contraire. Mais justement… Le fait que le scénario soit aussi simple et aussi lisse ne sert-il pas justement d’appui au fait que la vie rêvée que souhaite avoir Walter Mitty soit aussi simple à obtenir ? Peut-être… Peut-être pas. Osef, ce film est une pépite comme on en fait peut. Et je sais que ça fait vraiment pute à clique de dire ce genre de choses, mais sérieusement, il faut que vous voyez La Vie Rêvée de Walter Mitty. Que vous aillez une bonne ou une mauvaise appréhension de Ben Stiller, je peux vous assurer qu’elle en sera changée si toutefois, vous vous intéressez un peu au cinéma et à ses productions, c’est garanti.

*****/*****

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s