#CRITIQUE 59 – JOY (SI VOUS TROUVEZ LA JOIE, ELLE EST CHEZ VICE VERSA !)

131151.jpg

De : David O. Russell

Avec : Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Bradley Cooper, Edgar Ramirez, Virginia Madsen, Isabella Rossellini, Diane Ladd, Dascha Polanco, Elisabeth Röhm, Susan Lucci, Laura Wright…


Synopsis : Inspiré d’une histoire vraie, Joy décrit le fascinant et émouvant parcours, sur 40 ans, d’une femme farouchement déterminée à réussir, en dépit de son excentrique et dysfonctionnelle famille, et à fonder un empire d’un milliard de dollars. Au-delà de la femme d’exception, Joy incarne le rêve américain dans cette comédie dramatique, mêlant portrait de famille, trahisons, déraison et sentiments.

Je me dois de vous prévenir d’un truc. Si vous comptiez voir Joy, le film n’est en aucun cas un film joyeux. Si vous recherchez des éléments que vous auriez pu apprécier dans Happiness Therapy, sachez que vous risqueriez d’être incroyablement déçu. Le film est une comédie, certes, mais une comédie dramatique, sur une femme qui en chie avant d’arriver au but qu’elle s’est fixée. Et avec une telle famille, je comprends pourquoi elle a autant galéré. La mise en scène est proche des années 60, avec son grain de pellicule propre à toutes les productions de l’époque (De Niro, tu approuves ?). Le scénario est du pur O. Russell, que ce soit dans la façon de développer chaque personnage, chaque situation comique ou dramatique, chaque émotions, bref, ne cherchez plus, vous êtes bien chez l’un des génies de la comédie dramatique du cinoche indé US (c’était pas clair, mais je suis sûr qu’au fond de toi-même, tu as compris où je voulais en venir Garry). Pour ce qui est des acteurs, je suis surpris, non pas par le trio habituel de O. Russell, mais par Virginia Madsen et Edgar Ramirez. SURTOUT PAR EDGAR RAMIREZ MÊME. Là ou je l’ai complètement lâché avec La Colère Des Titans, je suis surpris de le voir camper le rôle d’un père désabusé et complètement dépassé par les événements. Niveau musique, rien de particulier et la fin beh… Nous laisse sur le cul. Pourquoi ? Parcequ’à force d’avoir pris Joy pour une pleureuse malheureuse, la fin nous laisse sans voix. Oui, c’est du spoil. Mais en même temps, fallait pas cliquer, toi aussi là…

***/*****

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :