#CRITIQUE 53 – COMMENT C’EST LOIN (LE MEILLEUR FILM QUE J’AI VU CETTE ANNÉE)

Comment_c_est_loin.jpg

De : Orelsan et Christophe Offenstein

Avec : Orelsan, Gringe, Seydou Doucouré, Claude Urbiztondo Llarch, Ablay, Skread, Paul Minthe, Sophie de Fürst, Chloé Astor…


Synopsis : Après une dizaine d’années de non-productivité, Orel et Gringe, la trentaine, galèrent à écrire leur premier album de rap. Leurs textes, truffés de blagues de mauvais goût et de références alambiquées, évoquent leur quotidien dans une ville moyenne de province. Le problème : impossible de terminer une chanson. À l’issue d’une séance houleuse avec leurs producteurs, ils sont au pied du mur : ils ont 24h pour sortir une chanson digne de ce nom. Leurs vieux démons, la peur de l’échec, la procrastination, les potes envahissants, les problèmes de couple, etc. viendront se mettre en travers de leur chemin.

Avant de commencer cette critique, je tiens juste a préciser une chose : j’aime le rap français. Mais le bon rap. Genre celui de la fin des années 90, ou IAM et MC SOLAAR tenaient la barre et menaient tous ceux qui souhaitaient ce lancer dans le game dans les années futures. Comme nos Casseurs Flowters, à savoir Orelsan et Gringe. Et Orel&Gringe est sûrement la meilleure chose qui est arrivée au rap français ces dernières années. Orelsan surtout. Je l’ai connu avec son tout premier album, Perdu D’Avance et qui a atteint la postérité avec son fameux Sale Pute, qui a bad-buzzé pendant des semaines entières. Bref, cette époque est révolue et après être revenu avec Le Chant des Sirènes, lui et son pote Gringe ont sorti les Casseurs Flowters, le groupe de rap le moins productif du monde. Et à la première écoute de cet album phénoménal, on se dit que ça ferait bon film. Buddy Movie racontant l’histoire de nos deux rappeurs feignasses qui ont 24h pour sortir un bon titre sous peine de perdre leurs producteurs. Et il se passe quoi quelques mois plus tard ? Officialisation du projet de retranscription au cinéma de leurs aventures. J’étais joie, hypé et très impatient de découvrir le résultat.

146190.jpg

Mais une chose m’inquiétait quand même : que Orelsan cède à la facilité. C’est vrai quoi, il aurait pu jouer la carte de la simplicité, reprendre les titres de son album et l’adapter à l’écran, ça aurait pas été trop dur et le film aurait ressemblé à un clip d’1h30, mais bon. Eh, j’ai eu peur pour rien. Et c’est une excellente chose.

543223.jpg

Le film est une comédie d’auteur. Je pense que c’est bien de le préciser parceque j’ai juste pas envie que la salle soit pleine de spectateurs tous un peu cons qui pense que, comme c’est un film avec des rappeurs, ça va être forcément nul (je suis un connard élitiste et tu peux me lyncher en commentaire si tu le souhaite, j’adore ça). Une comédie d’auteur, mais avant tout une comédie musicale. Certes. Mais une bonne comédie musicale. Le film reprend la storyline de l’album, mais rajoute tout ce qui manquait à l’album : de la dramatisation. Bien sûr que c’est l’histoire de deux glandeurs, mais dans l’album, ils s’en tiraient facilement. Alors que là, ils ont quand même un ultimatum pour pondre une bonne musique, sous peine de perdre tout ce qui fait leurs conforts. Et… Bordel que le film est beau.

549317.jpg

La mise en scène est excellente, mêlant phase d’humour décalé avec phases musicales de qualités, les acteurs sont tous excellents (Rappelons que mis à part nos deux héros, le reste du casting n’est composé que de leurs potes et c’était vraiment risqué. Heureusement, ils s’en sortent plutôt bien et mention spéciale à Claude, tu gères grave gars) et… La bande-son. La bande-son est une tuerie. Littéralement. Composée de titres inédits pour le film, ils font souvent mouche dans les moments de drames purs. Je pense notamment à la toute dernière, Inachevé qui est sûrement un des plus beaux textes du rap français de nos jours, ou même encore à Quand Ton Père T’Engueule, qui est lounge à souhait et super bien ajoutée à ladite scène.

547598.jpg

Seul bémol ? Quelques chansons utilisées pour le film ne sont que des « reprises » de l’album des Casseurs, comme Stupide Stupide Stupide ou Deux Connards Dans Un Abribus. L’instru est la même, mais les paroles changent. C’est cool, mais un peu facile. Mof.

546817.jpg

Et une dernière chose : n’écoutez pas la B.O. avant de voir le film. Elle spoil pas mal et, je sais que l’attente est rude, mais voyez le film d’abord. Et ensuite achetez-la. Vraiment, c’est sûrement le plus beau cadeau que vous pourrez faire a Noël.

548536.jpg

En clair, Comment C’est Loin est un film qui fait du bien par les temps qui courent, qui détend et peut-être même le meilleur que j’ai pu voir cette année. Foncez, rigolez et vivez l’instant présent, c’est ce qui est le plus important.

*****/*****


PS1 : La critique d’InThePanda est en ligne et, comme d’hab, elle est bien faite. Nice work dude.

PS2 : La B.O. du film, en intégralité est ici. Régalez-vous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s