#CRITIQUE 19 – MAGGIE (COEUR DANS LA FACE D’ABIGAIL BRESLIN)

Maggie-2015-poster

De : Henry Hobson

Avec : Arnold Schwarzenegger, Abigail Breslin, Joely Richardson…

Synopsis : Alors qu’une terrible pandémie se propage à travers les États-Unis, le gouvernement impose de placer les malades infectés par le virus en quarantaine, où ils se transformeront en zombies, totalement retranchés du monde. Lorsque Maggie, 16 ans, apprend qu’elle a été contaminée, elle s’enfuit. Mais son père, Wade Vogel, est déterminé à la retrouver et à la protéger coûte que coûte, même s’il lui faut affronter les forces de police…

Ce n’est absolument pas le genre de film que je penserai voir aujourd’hui et pourtant… Maggie est ce genre de surprise qui arrive lorsque l’on s’y attend le moins, qui est une vraie pépite de mise en scène et d’ambiance comme on fait trop rarement aujourd’hui. Et c’est bien dommage d’ailleurs parceque ce film est bon. Contre toute attente j’ai envie de dire. Henry Hobson réalise donc ici son premier film et traite non pas d’une invasion de zombie mais d’une maladie qui à déjà contaminée pas mal de monde et d’un père face au deuil que ce dernier va devoir faire à sa propre fille, atteinte de cette maladie qui la transforme peu à peu en bouffeuse de cervelle. Et Hobson à réussi à imposer une ambiance et une atmosphère opaque, moite et bien glauque comme on les aime généralement dans ce genre de film (je parle en tant qu’amateur du genre, bien évidemment). Concernant l’interprétation des acteurs, rien à redire, tout est vraiment parfait. Arnold Schwarzenegger pour commencer. Oubliez Terminator, Commando et La Course Aux Jouets (brise nostalgique activée). Arny est juste excellent dans son rôle de daron proche de l’implosion émotionnelle. Joely Richardson n’a jamais été aussi excellente (je ne l’avais pas revu depuis Millenium version US mon gars, ça fait chelou…). Abigail Breslin également. Elle apporte une touche juvénile qui n’est pas à plaindre, elle apaise la tension et le stress du spectateur lorsqu’elle est dans ses moments de doute. Y compris pendant la scène la plus cucul du film. Bref, en quelques mots et pour résumer très rapidement : foncez voir Maggie. C’est un ascenseur émotionnel tellement fort que vous n’en ressortirait pas indemne.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s